Sortie 6° au Baou de St Jeannet - novembre 2011

par webjuro

Les six classes de 6èmes du Collège Jules Romains ont participé, la semaine passée, à des sorties pédagogiques organisées par les professeurs d’Education Physique et Sportive. 

Il s’agissait pour ces élèves, de découvrir le patrimoine naturel local et conjointement d’apprendre à gérer un effort à l’occasion d’une randonnée pédestre. Chacun d’eux a eu la fierté de pouvoir atteindre la cime d’un sommet emblématique de notre Région, visible depuis les fenêtres du Collège et de la cité des Moulins.

Le départ a été donné au petit matin depuis le village médiéval de St Jeannet . Rapidement, les premières pentes, bien raides nous ont permis de prendre une position dominante et de bénéficier d’un panorama à couper le souffle sur tout le littoral nicois. Nous avons reconnu le Var et sa plaine, le Baie des anges éclatante sous un soleil plus que radieux, le Cap d’Anibes , les Iles de Lérins, le Mont Agel et l’Estérel. Au fil de la progression, nous avons senti le parfum de thym, cheminé de balises en balises en nous repérant au marquage du chemin, appris à ne pas gâcher les réserves d’eau et trouver le pas du randonneur, lent et efficace à la fois. Enfin , le Gros Chêne bicentenaire a été atteint avec un plaisir bien marqué car il signifiait le moment tant attendu de la pause déjeuner. Selon les classes, six à sept élèves se donnant la main étaient nécessaires pour en faire le tour !

 Après s’être rassasié, les parties de UNO ou d’ultimate (sport collectif basé sur l’échange d’un freesbee pour atteindre un en-but chez les adversaires) ont fait de ce moment de pause un temps fort de la journée. En revanche, il a été bien plus difficile d’appliquer la consigne de remporter tous les déchets du repas jusqu’aux poubelles qui se trouvaient .... au village. La tentation très grande de dissimuler papiers gras et autres canettes sous les cailloux ou derrière un buisson l’a souvent emporté.

Les sensation procurées par la descente resteront gravées bien longtemps dans les esprits. Au final, c’est avec une joie non dissimulée que nous avons observé, depuis le bus, le sommet que nous avions quitté, perché à 813m d’altitude soit presque 400m au dessus de nos têtes.

Laurence Mosteiro, Professeure D’EPS

 

Partager cette page